Marguerite au 100 talents


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Lettres de sable consultable en ligne: http://margueriteau100talents.jimdo.com/
une expérience d'auto-édition en ligne: http://margueriteau100talents.jimdo.com et pour vous amuser à chanter sur un accompagnement guitare, profitez d'A pleine voix sur ce site jimdo de marguerite au 100talents

Partagez | 
 

 D'un Monde à l'Autre, la différence de l'humain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jazzy

avatar

Nombre de messages : 34
Réputation : 0
Points : 4108
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: D'un Monde à l'Autre, la différence de l'humain   Dim 12 Nov 2006, 21:47


Elles sont gentilles les marguerites !
Vas y Jazzy, tu seras notre éditorialiste !
Rien que ça !
N’hésite pas à aller hors champ et à brouter dans la marge…Ben voyons ! Ah, ça se voit les fleurettes que vous n’avez pas de lourds sabots, si vous croyez que c’est facile d’aller explorer avec ces trucs collés aux pieds. Sans compter mon patrimoine génétique, tu parles d’un héritage : noire et blanche la Jazzy ! Tout dans le dualisme, l’antagonisme, le bon petit côté franchouillard rassuré par le manichéisme des situations ! Elles me font rire les fleurettes, il faut essayer de dépasser cette vision d’aujourd’hui, celle qui nous fait regarder avec cette absence de vouloir porter autrement son regard, il nous faut aller vers l’autrement….C’est ça la marguerite, ah vous c’est facile, avec votre cœur couleur soleil vous pouvez rêver…en attendant c’est à moi de m’y coller hein, …pataclop, pataclop, …Allez Jazzy, allez Jazzy, …pendant que les autres rêvent, moi j’agis ; Jazzy j’agis .
Hors champ qu’elles disent les marguerites, hors champ…J’ai commencé à ruminer tout ça…hors champ…et je me suis dit, mon premier édito ce sera d’un Monde à l’Autre, les Editions. Allez ! c’est ma tournée générale, verre de lait à gogo, c’est moi qui régale, venez vous asseoir sur le coin d’une botte de paille, du bout de mes petites cornes je vais vous en toucher deux mots.

Les éditions d’un monde à l’autre racontent un de ces chemins qui fleurent bon l’humain. Nées en mai 2005, à partir d’un évènement familial, la naissance du petit Paul, qui est venu là avec dans son échelle d’adn , quelque chose de gêne, qui nous rend si différent dans notre approche de l’autre, au point que parfois le monstre nous guette d’être celui qui rejetterait ou nierait, fuirait, ou ne saurait pas recevoir, ne saurait pas parler, agir….. Et comme pour nous aider à mieux oser et porter notre regard, à mieux comprendre de nos sens autant que de notre cœur, le papa est parti d’un témoignage de vie pour créer un espace voulant aller plus loin que la compassion ou la simple révolte pour choisir d’actionner le levier civique du changement en fédérant autour de lui des énergies familiales, amicales, mais aussi de sensibilités et de passions, de structures supports… avec cette ambition, de donner la parole, de la faire vivre et rencontrer là où jusqu’à présent elle ne pouvait être que médicale ou antagonisme, différence confrontée plus que partagée. Le livre comme un vecteur de cette additionnalité de la différence dans sa capacité à produire un enrichissement dans nos rapports humains, notre humanitude, en ce qu’elle est finitude si on ne prête pas attention de la nourrir par nos actes bien plus encore que nos paroles, bien plus sûrement aussi que notre amour, bien plus loin.

Dans une société souvent dualiste entre droite et gauche, normal et anormal, bien ou mal, dominant et dominé…peut-on espérer d’autres relations humaines, peut-on espérer d’interagir autrement avec l’autre que dans un rapport de pouvoir, de confrontation, de hiérarchie…Peut-on imaginer pouvoir interagir avec l’autre dans cette capacité à pouvoir lui donner, lui apporter dans cette volonté de contribuer chacun à un peu de bonheur humain, d’être simplement là pour l’autre, parmi les autres, oui être, avec cette reconnaissance réciproque et nécessaire dans le regard, la présence, les actes de l’autre ? Reconnaissance de mon identité, de ma capacité à contribuer, à donner, à recevoir, dans un juste échange visant à une expression commune d’un intérêt à exister, vivre, nourrir la vie, l’aimer. Au-delà de mon apparence physique ou de mes capacités, au-delà de ma condition de femme, au-delà de mon héritage culturel, au-delà de mes difficultés sociales, au-delà de ma solitude, ……..au-delà de ce que chacun porte en lui de petit Paul, car chacun a sa part de gêne pour le regard de l’autre, de différence qui provoquera le rejet, ou le silence, la mise de côté ou l’effacement…toutes ces marges où chacun d’entre nous peut se trouver un jour isolé dans le regard ou les paroles, les actes de l’autre.
A leur façon, les marguerites vivent un peu cette thématique de la différence, vouloir essayer de rendre une parole publique, vouloir donner sa chance à un écrit là où en principe il n’y aurait pas de place pour cette expression là. Parce qu’elle ne sera pas dans des critères du moment ou de qualité, ou d’intérêt commun… Parce que ceux qui ont le pouvoir de la diffusion de la parole ne lui cèderont aucune tribune…
Ce n’est pas un cri, ce n’est pas vraiment une révolte c’est juste ce sentiment, que chacun d’entre nous un jour a vécu, de recevoir une lettre, une carte postale, un petit texte, …et dans ces mots si simples parfois, être tellement touché, grandi par le message de l’autre dans ce je ne sais quoi de magique que peut porter une façon de tracer des voyelles et des consonnes avec un stylo, de mettre sa présence dans un simple mot, de toucher par la maladresse d’un écrit…d’être là avec ce ne je ne sais quoi d’âme et de cœur de l’autre qui vous arrive là directement dans votre intimité, et bien au-delà dans ce patrimoine de l’humain.
Pourquoi ceux qui veulent dire et écrire, témoigner, devraient rester muets pour l’autre. Pourquoi devrait-on perdre ce qu’ils peuvent apporter ?
Pourquoi y-a-t-il tant de muets par le monde, tant de gens qui ne peuvent à jamais franchir le seuil d’une maison, sans porte et sans fenêtre, et si protectrice, chauffée par la lumière d’un feu où tout serait fait pour que leur parole, en échange d’un accueil, d’une reconnaissance, soit donnée, offerte ?



Les éditions d’un monde à l’autre :


Un site : http://www.editions-ma.com

Un appel à auteurs :

"MILITANT RECHERCHE AUTEURS ENGAGÉS...
Les éditions d'un Monde à l'Autre se proposent d'éditer (à compte d'éditeur) des oeuvres traitant du thème de la différence en général et du handicap en particulier. Les œuvres choisies parleront d'abord et avant tout de personnes et de leur environnement. N'hésitez pas à consulter nos modalités pour l'envoi d'ouvrages.
Modalités
Si, après avoir lu ces quelques lignes vous êtes intéressés nous vous demandons de nous faire parvenir de préférence par courriel :
- Votre tapuscrit avec les corrections effectuées - Pour les envoie par courrier, merci de nous préparer votre ouvrage en deux exemplaires. Prévoir l’affranchissement pour le retour de vos documents dans le cas d’un avis défavorable
- Un résumé en une page maximum de votre ouvrage
- Nous pouvons éventuellement recevoir ces informations par mail
- Une présentation de vous-mêmes en une page maximum"


Une stratégie pour exister et grandir :

La culture de réseau : la lettre électronique, la participation à des salons littéraires ainsi qu’à des évènements en lien avec leur ligne éditoriale
Communiquer et interagir par internet
Fédérer des bénévoles
Innover pour la diffusion : le dépôt livre auprès des milieux associatifs, la souscription pour une première aventure éditoriale
Revenir en haut Aller en bas
 
D'un Monde à l'Autre, la différence de l'humain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Citations de Coluche
» Sommaire et Résumé de la catégorie
» Comparaison du Titanic avec les autres bateaux
» La quête d'Ewilan en bande dessinée
» Voyage dans un autre monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marguerite au 100 talents :: MARGUERITE A LA FLEUR DES CHAMPS

on explore, on se pose des questions, on lit, on écoute, c'est le tamtam de la curiosité :: Marguerite se la joue vache

-
Sauter vers: